Kebabs en Suisse Romande : Un Sandwich à la Sauce Bactérienne ?

Une récente étude menée par le magazine suisse des consommateurs « K-Tipp » a mis en lumière une réalité peu appétissante concernant les kebabs en Suisse romande. L’enquête visait à évaluer la présence de bactéries dans 21 kebabs populaires, et les résultats ont révélé que 12 d’entre eux contenaient un nombre excessif de germes.

L’équipe de « K-Tipp » a acheté trois kebabs dans chacune des villes suivantes : Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lucerne, Saint-Gall et Zurich. Aucun des kebabs testés ne contenait de germes résistants aux antibiotiques, de listeria, de salmonelles ou de staphylocoques. Tous les produits issus de Berne et Lucerne se sont avérés conformes aux normes d’hygiène.

Cependant, les sandwichs provenant des six restaurants de Genève et Lausanne présentaient un excès de bactéries. En général, aucun des kebabs testés en Suisse romande n’était conforme aux normes d’hygiène. Le nombre total de germes dans près de la moitié des kebabs testés a soulevé des préoccupations en matière d’hygiène. Seuls neuf établissements étaient en conformité avec les normes d’hygiène, tandis que dans cinq des sept villes, les kebabs n’étaient pas recommandables.

Le nombre élevé de germes a également révélé que dans onze kebabs, les ingrédients étaient partiellement périmés. Le pire résultat a été enregistré au kebab Alpen Dedi de Saint-Gall, où le nombre le plus élevé de germes a été détecté. Selon les directives de l’industrie suisse de la restauration, les kebabs ne devraient pas contenir plus de 10 millions de colonies de bactéries par gramme. Cependant, les résultats du test de « K-Tipp » ont révélé que six kebabs situés à Genève, Lausanne, Saint-Gall et Zurich dépassaient cette limite, avec plus de 30 millions de colonies de bactéries par gramme.

Un nombre élevé de germes totaux est généralement le résultat d’un traitement incorrect, de surfaces de travail insuffisamment propres, d’un stockage prolongé, ainsi que d’un chauffage ou d’un refroidissement inadéquats des ingrédients. Les kebabs fortement contaminés par des germes peuvent même provoquer des problèmes digestifs chez les consommateurs.

De plus, le laboratoire a découvert la présence excessive d’agents pathogènes dans cinq kebabs. La bactérie Bacillus cereus a été identifiée chez Ephèse Kebab à Lausanne et au Kebab Club à Saint-Gall. Cette bactérie produit des toxines qui ne sont pas détruites par la chaleur et peuvent entraîner des symptômes tels que des vomissements et des diarrhées.

Lorsque « K-Tipp » a partagé les résultats du laboratoire avec les propriétaires de ces établissements, certains ont réagi avec colère, affirmant qu’ils n’étaient pas au courant des bactéries en question et qu’ils avaient apporté des améliorations depuis la dernière inspection des autorités sanitaires. D’autres ont souligné que les contrôles précédents effectués par les autorités alimentaires cantonales étaient positifs, mais qu’ils étaient déterminés à identifier et à corriger les points faibles.

Cette étude met en évidence la nécessité d’une meilleure réglementation et d’un contrôle plus strict des kebabs en Suisse romande. Les consommateurs doivent être vigilants lorsqu’ils choisissent un établissement et s’assurer que les normes d’hygiène sont respectées. Les autorités sanitaires doivent également intensifier leurs efforts pour garantir la sécurité alimentaire dans ce secteur.

Cette enquête soulève des préoccupations légitimes quant à l’hygiène des kebabs en Suisse romande.

Laisser un commentaire

mentionslegales ph